Actualités

29/05/2020

Alerte sécheresse en vue


Dans un communiqué national, le département de l'Ain a été identifié le 14 mai dernier comme l'un des départements à risque très probable de sécheresse pour cet été 2020. N'attendons plus, économisons l'eau! 

Pour la cinquième année consécutive, l'année 2020 s'annonce chaude et déficitaire en eau. La nappe des cailloutis de la Dombes qui alimente une part importante des administrés du territoire est toujours placée en situation d'alerte par le Préfet de l’Ain. Pour les habitants et les autres usagers des communes qui sont alimentées en eau par cette nappe des restrictions d’usages sont d’ores et déjà à respecter.

Les pluies de cet automne ont été suivies d'un printemps extrêmement sec. Les enregistrements réalisés par un habitant de St Etienne sur Chalaronne indiquent que seuls 198 mm de pluie sont tombés depuis janvier 2020 ce qui représente un déficit de prêt de 180 mm par rapport à une année moyenne. Les quelques épisodes pluvieux n'ont pas suffit à recharger les nappes ou augmenter durablement les débits des rivières. 

Nous savons que les pluies qui pourraient venir seront en premier lieu captées par la végétation ce qui laisse craindre l’amorce d’une nouvelle sécheresse. Avec, en corollaire, des impacts majeurs sur la faune et la flore des milieux aquatiques. Les débits de la Chalaronne sont proches des seuils de vigilance fixés par la préfecture de l'Ain. 

Depuis le début de l’année, les débits moyens de la Chalaronne sont divisés par 3 ou 4 selon les mois confirmant que certaines sources restent taries et que le niveau de la nappe des cailloutis de la Dombes qui alimente en eau la Chalaronne et certains de ses affluents reste à des niveaux très bas.

graph_secheresse2020

Pour celles et ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, le temps est aux plantations, à l’arrosage, voire au remplissage des piscines. Ces prélèvements d’eau sont souvent effectués dans les rivières ou à partir de puits ou de forage dans des nappes souterraines superficielles qui accusent les mêmes déficits. 

Il est plus que jamais nécessaire d'économiser et d'inventer un monde nouveau où l'eau doit être considérée comme une ressource précieuse à utiliser avec parcimonie. Les espaces verts de nos communes mutent progressivement vers des espèces peu consommatrices en eau. Prenons exemple, prenons de nouvelles habitudes!